PUBLICATIONS

2018

Articles de journaux

Cultural ecosystem services provision in response to urbanization in Cameroon

R. Jaligot; A. F. Kemajou Mbianda; J. Chenal

Land Use Policy. 2018.

DOI : 10.1016/j.landusepol.2018.09.013.

In Africa, cities are unable to accommodate population growth within their current administrative limits, putting pressure on ecosystem services (ES) in peripheral areas. Existing ES related studies in the region were conducted in East and South Africa, and rarely focused on cultural ES in peri-urban areas. This study aimed to assess changes in the value of cultural ES in two peripheral areas of Yaoundé, Cameroun. It applied the concept of ES through participatory geographic information systems (PGIS) to understand how the value of cultural ES has changed over time and how residents perceive it. It also considered the impact of land management by relating changes in ecosystem service provisioning areas (SPA), with the current land tenure system. We focused on two study areas, Mbalngong and Nkozoa, which were selected for their high urbanization rates. PGIS activities were conducted during twenty semi-directive interviews and one workshop per site. We found that the provision of ES decreased by more than 90% within an 18-year period, from 2000 to 2018. The lack of randomness in the distribution of ecosystem services showed that SPA had distinct functions for residents, but that this was not taken into consideration in planning decisions. We showed that current land management strategies are influenced by the land tenure system and do not incite landowners to preserve their parcels and associated SPA. While direct subsidies may not be appropriate, other approaches such as community land trusts may be more advisable for the preservation of SPA.

Decoupling municipal solid waste generation and economic growth in the canton of Vaud, Switzerland

R. Jaligot; J. Chenal

Resources, Conservation and Recycling. 2018.

DOI : 10.1016/j.resconrec.2017.12.014.

Switzerland is one of the largest producers of municipal solid waste (MSW) per capita. The principle of decoupling attempts to evaluate the relationship between consumption and production, and to measure the relationship between an activity and its impact on the environment. This paper uses the Environmental Kuznets Curve (EKC) hypothesis to understand the impact of three socio-economic drivers on MSW generation in the canton of Vaud in Switzerland. Vaud is a French-speaking canton that recently implemented several measures to limit MSW generation. We used time series of indicators for income, urbanisation and policy implementation in ten of the canton’s districts, which were set as independent variables, between 1996 and 2015. A panel data analysis was performed using a generalized least squares procedure to test for an EKC. Evidence shows that urbanization was slightly negatively associated with MSW generation, but without statistical significance. However, a direct policy mechanism such as the waste bag tax was significantly correlated with a decrease in waste generation. Overall, the presence of an EKC cannot be confirmed in the canton of Vaud, as waste generation tends to stabilize as income increases. It would be useful to perform a similar assessment in other cantons to fully inform decision-makers.

Papiers de conférences

Data, Technology and e-Participation: New Challenges for Urban Planning

S. Hasler; J. Chenal; M. Soutter

2018. IGU Urban Commission Annual Meeting: Urban Challenges in a complex World - Key factors for urban growth and decline , Montreal , August 12-17, 2018.

Chapitres de livres

Casablanca-Marina : entre local et global.

K. Hajji; J. Chenal

Comment la mondialisation transforme les villes ?; Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA), 2018.

De la Smart City à la Responsive City

S. Hasler; J. Chenal

« Territoires intelligents » : Un modèle si smart ?; Editions de l'Aube, 2018.

Smart city, ville intelligente, ville numérique, autant de termes qui caractérisent l’intention de durabilité, de qualité de vie ou encore de développement économique permise par le digital. Si ces termes font référence à une ville en tant que condensé de technologies, les habitants ont tendance à être laissés en marge des initiatives smart. Le numérique et, notamment, l’avènement des médias sociaux, permettent à chacun de faire entendre son opinion. L’important taux de pénétration d’Internet et de la téléphonie mobile laisse supposer de profondes modifications sur les manières de penser et planifier les villes intelligentes. Notre texte, en questionnant les nouvelles formes d’interactions numériques avec les citoyens, montre comment les villes sont en train de passer de smart à responsive.

Présentations

Applying participatory geographic information systems to evaluate cultural ecosystem services in Yaoundé, Cameroon

R. Jaligot; A. F. Kemajou Mbianda; J. Chenal

International Meeting on Mapping Techniques and Citizenship, São Paulo, Brazil, 13-16 November 2018.

Conducting participatory mapping of cultural ecosystem services at the national scale: a case of Switzerland

R. Jaligot; S. Hasler; J. Chenal

Ecosystem Services Partnership regional conference: Europe 2018, San Sebastian, Spain, 15-19 October 2018.

Imaginez une transition vers une Suisse sans voitures

F. Bahrami; A. Rigal

AlternatYv, Yverdon-Les-Bains.

Valuing waste as resource: Mechanisms of change in developed and developing countries

World Congress and Expo on Recycling, Berlin, Germany, August 29-30, 2018.

The total municipal solid waste (MSW) generated worldwide in 2012 was approximately 1.3 billion tonnes. Were all countries to continue to generate waste at the current rate of high-income countries, total waste generation could reach 5.9 billion tonnes by 2025 [2]. While reuse remains best practice to turn waste into a resource, recycling is key to sustainable waste management. However, large differences exist in its objectives and in practice between developed and developing countries. In developed countries, MSW generation should be decoupled from economic growth. Currently, recovery is seen as an alternative to expensive waste disposal, and as a response to more stringent environmental regulations. In developing countries, recycling is largely a private valorization, income-generating activity including the commercialization of recycled material for the actors in the value chain. For example, the recycling value chain starts with source segregation after waste is produced. While raising awareness and economic incentives such as direct household payments may be useful in developing countries like Egypt to promote source segregation, legal enforcement and taxes may have positive, long-term impact on the production of MSW and source segregation in developed countries like Switzerland. Using case studies, we show the dichotomy between effective mechanisms used to value waste as a resource in developed and developing countries.

Projets d'étudiants

La ville continue. Projet d’une série de logements dans les espaces inexploités au Vallon, Lausanne

E. Adiguzel; N. Sadras

2018.

Suite à l’étude de différents types d’espaces inexploités en ville et à l’analyse du quartier du Vallon à Lausanne dans le cadre de l’énoncé théorique, le projet se concentre sur le prolongement du tissu existant au travers de 8 projets de logements de différents types définis grâce à cette analyse. La typologie des bâtiments existants et l’expression architecturale des façades du quartier ont servi à développer une logique de composition permettant aux projets de s’y intégrer par analogie, et ce par la reprise de certains traits caractéristiques du lieu et l’adaptation, au cas par cas, au bâti adjacent. La volonté est de proposer des logements à bas loyers, développés en collaboration avec la commune grâce à un système constructif en brique isolante et crépi lui aussi inspiré des bâtiments environnants. Le projet met en avant une manière de “continuer la ville” alternative aux pratiques actuelles et capable de valoriser le quartier du Vallon sans le dénaturer.

"Hotel Tequesta"

L. Dind

2018.

«It is a place that has been habitable only if you believe the premise that nature – the heat, the bugs, the alligators, and most of all, the water – can be tamed.» (Jeff GOODELL, The Water Will Come: Rising Seas, Sinking Cities, and the Remaking of the Civilized World, Boston: Little, Brown and Company, 2017). Les indiens Tequesta furent les premiers habitants à s’installer dans la région de Miami. Ils surent dompter les aléas climatiques du lieu pour en tirer des avantages admirables. Bien que les événements atmosphériques extrêmes ne soient pas rares, la météorologie hors du commun constitue l’intérêt principal du site. La végétation, exubérante sous ces latitudes, est également l’une des grandes richesses de l’endroit. Par conséquent, la situation environnementale du bâtiment et son rapport à l’extérieur sont centraux dans le ce projet d’hôtel qui cherche à s’intégrer au climat de Miami plutôt qu’à l’affronter. Une piscine à débordement souligne l’entier de la construction et symbolise le lien étroit qu’entretient Miami avec l’eau. Elle donne de l’ensemble une impression de flottaison et de légèreté en même temps qu’elle renforce le rapport entre le bâtiment et les alentours. Une façade de verre permet cette connexion directe entre intérieur et extérieur. En outre, une flore luxuriante pousse sur les terrasses et réduit ainsi la chaleur solaire. Elle offre intimité et caractère aux espaces intérieurs. Dès lors, la végétation, perçue comme un matériau architectural qui orne le bâtiment, est également une solution bioclimatique. Les vues sont établies de manière à profiter au maximum de l'océan et à rendre le lieu apaisant et serein. Finalement, l’intérieur n’est que le prolongement de l’extérieur. Un atrium accueille aussi une végétation opulente ainsi qu’une étendue d’eau.

Reconversion du fort de Magletsch en ferme souterraine (SG)

V. Jacoby; R. Thiébaud

2018.

D’ici 2050, la population mondiale va augmenter de 35 %. Pour la nourrir, l’agriculture devra produire le double de ce qu’elle produit aujourd'hui. Or, l’agriculture demande de plus en plus de superficie dans un monde déjà en manque d’espace. Une des solutions à la production alimentaire du futur est l’agriculture souterraine. En effet, il est possible de faire pousser fruits et légumes sous terre à l’aide de lampes LED dans un environnement contrôlé, non soumis aux aléas climatologiques, au rythme naturel des saisons ou aux heures d’ensoleillement quotidien. Ceci permet d'obtenir un rendement bien plus élevé que l’agriculture tout en préservant la surface de la terre. Dans cette optique, la Suisse possède une importante quantité d’édifices souterrains: les bunkers. Le pays a en effet connu une période de construction de fortifications de plus de 100 ans, produisant ainsi un vaste patrimoine architectural militaire. Ces édifices ne correspondent plus aux menaces actuelles et leur entretien représente des sommes colossales. Certaines de ces constructions ont parfois su trouver une seconde vie originale, mais la grande majorité de ce patrimoine n’est plus utilisé aujourd’hui. L’idée du projet est de reconvertir le fort de Magletsch en une ferme souterraine avec une partie consacrée à l’éducation de ce savoir émergent.

Logements en bois pour la ville d'Abidjan

A.-M. Rüede

2018.

Dans la ville d'Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire, le matériau de construction le plus utilisé est le parpaing de ciment. Face à la croissance de la population et à la forte migration vers la ville, le marché régional ne peut satisfaire la demande en ciment ; il en résulte une crise du logement. Parce qu’elle permet de réaliser un plus grand nombre de logements, l’introduction d’un mode de construction rapide qui utilise des matériaux alternatifs devrait faire baisser la pression sur le marché immobilier. Parmi les ressources locales accessibles en quantité, le bois permet de produire des éléments modulaires et de construire rapidement ; de surcroît, son inertie thermique convient aux climats tropicaux. Ainsi, ce projet propose la construction d'un quartier d'habitation en bois à proximité de la future station de métro à Anyama Sud, dans la banlieue Nord d'Abidjan, à même d’absorber le développement rapide de la ville. La réponse projetée recourt à diverses essences de bois et à un système constructif basé sur la réplication d'espaces unitaires. De plus, des solutions passives de contrôle du confort thermique et de protection de l'espace privé adaptées au matériau sont intégrées. Le concept développé lors de ce projet peut être réutilisé et adapté à divers programmes et sites en région tropicale.

2017

Articles de journaux

Le "modèle Kigali" en questions

J. Chenal

Jeune Afrique. 2017.

Digital Tools as a Means to Foster Inclusive, Data-informed Urban Planning

S. Hasler; J. Chenal; M. Soutter

Civil Engineering and Architecture. 2017.

DOI : 10.13189/cea.2017.050605.

Rapid urbanization, climate change, resource depletion, the desire for more sustainable development and widespread use of the Internet and mobile phones are major challenges for urban planning. While the smart city model is seen as a means to cope with these challenges, it is often reduced to an amalgam of technologies. Citizens are usually seldom included in the planning process, though the knowledge they produce and can share on how they use and live in the city is extremely valuable. Digital technologies create an opportunity to reshape the planning process by improving interactions and information exchanges among urban planners and citizens, which are central in the move towards more sustainable, responsive planning. This research aims to answer the following two questions: (1) how is digital participation changing the role citizens play in urban planning and decision making processes? and, (2) what are the advantages and limitations of involving citizens in these processes through digital tools? This paper explores how digital tools can be harnessed to enhance citizen involvement in the planning process. We will give an overview of how these tools can inform urban planning by providing citizen-centric data to foster more inclusive and responsive planning. This paper identifies both the opportunities - particularly in terms of data production and exchange – and limitations of digital tools.

A visual model for mobility practices and learnings, Or why new visualizations allow us to consider the city as a paedagogical space

A. Rigal

Articulo : Journal of Urban Research. 2017.

Visualizations of the city are necessary to lead to inquiries and for designing urban and transport policies because they are needed to synthesize information, to stimulate new hypotheses, and to evoke models. However, most of the contemporary visualization models do not consider that the major paradigms in urban studies concentrate on dwelling practices. The goal of this exploratory article is to represent the practices of urban dwellers, with the aim of elaborating a method to visualize and study the evolution of practices. For this task, there is a need to translate the concepts of practice and learning into visualization. In this article, I propose a range of visualizations to render practices and learnings visible and comparable, allowing for more visual research. The visualizations are created from data gathered during interviews with inhabitants of Swiss urban regions on their daily mobility within a research project challenging the place of the car in contemporary urban spaces. By inventing representations of dweller practices, I obtain a renewed model for understanding urban spaces and practices based on learning. Finally, visualizations are used to understand urban spaces anew and to imagine urban interventions that could be beneficial to changes in mobility practices. Policy measures to reduce car use are suggested based on the model developed with the visualizations and its fundamental principles. Starting from the elaboration of a method of visualization, I propose both a theoretical inquiry of urban practices based on visual urban research and a definition of the city based on learning to orient urban designs in favour of more paedagogical thinking.

A new approach to spatial analysis of motorcycle taxis activities: the case of Port-au-Prince, Haiti

R. Jaligot; A. F. Kemajou Mbianda; J. Chenal

Urban, Planning and Transport Research. 2017.

DOI : 10.1080/21650020.2017.1402697.

Motorcycle taxis operate in a non-regulated, uncontrolled environment, raising public health, environmental and economic issues. Consideration of such issues requires an in-depth understanding of motorcycle taxis’ organizational and operational features. Urban sprawl, a difficult economic context and demographic pressure have led to an increase in motorcycle taxi activities in the Republic of Haiti. This study presents a novel approach to analyzing informal modes of transport using qualitative data from semi-directive interviews and observations with a spatial analysis of motorcycle taxi activities by GPS tracking. The analysis is comprised of three phases. First, a suitable tracking device and fixing method were tested and selected. In the second, 12 drivers were equipped with charged devices on a daily basis. The interviews were conducted simultaneously. Finally, we draw four main results using the Haversine method and calculating the inactivity rate. Given a median action range of <3 km, the lack of peak-hours observed, an inactivity rate of more than 50% and the low profitability of the current structure, the activity’s economic potential is not optimized under the current system. The poor distribution of stands across the territory and large number of drivers results in the overall inefficiency of the system

De l'art camerounais de construire cinq ponts au même endroit

J. Chenal

Le Monde. 2017.

Persistence of butterfly populations in fragmented habitats along urban density gradients: motility helps

E. Rochat; S. Manel; M. Deschamps-Cottin; I. Widmer; S. Joost

Heredity -London-. 2017.

DOI : 10.1038/hdy.2017.40.

In a simulation study of genotypes conducted over 100 generations for more than 1600 butterfly’s individuals, we evaluate how the increase of anthropogenic fragmentation and reduction of habitat size along urbanisation gradients (from 7% to 59% of impervious land cover) influences genetic diversity and population persistence in butterfly species. We show that in areas characterised by a high urbanisation rate (> 56% impervious land cover), a large decrease of both genetic diversity (loss of 60-80% of initial observed heterozygosity) and population size (loss of 70-90% of individuals) is observed over time. This is confirmed by empirical data available for the mobile butterfly species Pieris rapae in a sub-part of the study area. Comparing simulated data for P. rapae with its normal dispersal ability and with a reduced dispersal ability, we also show that a higher dispersal ability can be an advantage to survive in an urban or highly fragmented environment. The results obtained here suggest that it is of high importance to account for population persistence, and confirm that it is crucial to maintain habitat size and connectivity in the context of land-use planning.

Mobilités, sédentarités, pendularités!

J. Chenal; A. Rigal

Tracés. 2017.

Spaces of effort, exploration of an experience of mobility

F. Bahrami; A. Rigal

Applied Mobilities. 2017.

DOI : 10.1080/23800127.2017.1285195.

This article combines empirical, theoretical, and philosophical references to explore the notion of Effort as an integral part of active mobility and urban experience. Considering the increasing value of physical effort in urban life styles, we challenge the general premise of transport planning that tends to reduce the effort required for mobility – particularly when providing alternatives to car use. Informed by interviews we have conducted with inhabitants of three major agglomerations in Switzerland, Zurich, Geneva, and Lausanne, we identify a threefold approach to effort, and explore the spatial implications of them for urban spaces that contribute to the practice of active mobility. We introduce the notion of entraining effort, as engaging and stimulating experience that improves the actor’s qualifications and result in the development of skills that facilitate making more effort. We take examples of existing urban spaces that effectively accommodate varied physical activities, and encourage entraining effort, underlining these spaces’ fragmentary character and that they are rarely part of the daily urban commute. We conclude that in order to effectively move toward prevalence of active mobility, engaging and integrating the exerted effort in daily commutes; these spaces need to form an ensemble – providing accessibility throughout the city.

Pourquoi le Maroc domine le classement des 100 villes africaines où il fait bon vivre

J. Chenal

Le Monde. 2017.

Et la Chine inventa l’étalement urbain en Afrique, grâce aux motos-taxis

J. Chenal

Le Monde. 2017.

Spatial clustering for district heating integration in urban energy systems: application to geothermal energy

J. Unternährer; S. Moret; S. Joost; F. Maréchal

Applied Energy. 2017.

DOI : 10.1016/j.apenergy.2016.12.136.

Given the challenges related to climate change and dependency from fossil fuels, modification of the energy systems infrastructure to increase the share of renewable energy is a priority in urban energy planning. The high heating density in cities makes it more economically competitive to deploy district heating (DH), which is essential for large-scale integration of renewable energy sources. Combining georeferenced data with district heating design methods allows to improve the quality of the system design. However, increasing the spatial resolution can lead to intractable model sizes. This paper presents a methodology to spatially assess the integration of DH networks in urban energy systems. Given georeferenced data of buildings, resource availability and road networks, the methodology allows the identification of promising sites for DH deployment. First, an Integer Linear Programming (ILP) model divides the urban system into spatial clusters (of buildings). Graph theory and routing methods are then used to optimally design the DH configuration in each cluster considering the road network in the routing algorithm. A Mixed-Integer Linear Programming (MILP) model is formulated in order to economically evaluate the DH integration over the whole urban area. The proposed methodology is applied to an example case study, evaluating the use of geothermal energy (deep aquifer) for direct heat supply. The results of the optimization show the interest of deploying geothermal DH in some of the clusters. The profitability of DH integration is strongly affected by the spatial density of the heating demand.

Papiers de conférences

Comprendre la construction des périphéries urbaines en Afrique

A. F. Kemajou Mbianda; J. Chenal

2017-12-13. Conférence internationale sur l’urbanisation durable au Canada, en Chine et en Afrique (ICCCASU II) , Yaoundé - Cameroun , December 12-17, 2017.

Selon la Banque mondiale, les villes africaines verront doubler leur population en 2040 et tripler en 2050 (Lall, 2017). La force de ces prévisions donne toute sa mesure en les rapportant à l’espace dans lequel elles se réaliseront ; elles deviennent même très vite alarmantes, puisqu’aujourd’hui déjà, ces villes n’arrivent pas à offrir un cadre de vie structuré aux habitants et à leurs activités, coincées entre la satisfaction des besoins actuels et la planification du développement ultérieur. À l’analyse, leur défi futur est celui des périphéries (Chaléard, 2014), mises sous pression par cette forte démographie. Ces espaces offrent donc la meilleure ou l’ultime fenêtre d’action pour infléchir cette tendance, unanimement décriée depuis des années. Si la donne n’est pas nouvelle, les précédentes recherches se sont souvent focalisées sur une couche de la ville à la fois ; foncier, mobilité, gouvernance, etc. Or les dynamiques contemporaines de construction des périphéries urbaines d’Afrique sont quasiment inédites, et échappent au cloisonnement disciplinaire. Seule une approche interdisciplinaire permettra de saisir toute l’épaisseur de cette réalité complexe, qu’il est fort impertinent de simplifier par des modèles existants. C’est à cette condition, seulement, qu’on parviendra à une compréhension fine des processus en cours. Pour cela, il faut également innover dans les outils méthodologiques, car autant les modèles de planification des villes occidentales s’avèrent inadaptés en Afrique (Chenal, 2009, 2015), autant des méthodologies devraient être adaptées au contexte. Notre communication propose donc de donner quelques pistes de réflexion sur les méthodes de recherche à développer dans ce nouveau contexte.

A spatial analysis of motorcycle taxis activities for environmental planning – the case of Port-au-Prince, Haiti

R. Jaligot; A. F. Kemajou Mbianda; J. Chenal

2017. Seventh International Conference On Advances in Applied Science and Environmental Technology , Bangkok, Thailand , September, 24-25, 2017.

DOI : 10.15224/978-1-63248-136-8-27.

We report a novel method for the spatial analysis of informal transport activities for future environmental planning. It uses a combination of spatial data gathered with GPS devices and semi-formal interviews. We show that the current configuration of the system is not optimized. It leads to a greater concentration of motorcycle taxis activities in denser urban areas, emitting high levels of noise and air pollution. Recommendations include decentralizing part of the activity and closer monitoring of the number of pilots

Digital tools and citizen participation: Towards sustainable and responsive urban planning

S. Hasler; J. Chenal; M. Soutter

2017. 3rd Annual International Conference on Urban Planning and Property Development (UPPD2017) , Singapore , October 9-10, 2017.

DOI : 10.5176/2425-0112_UPPD17.18.

The smart city concept has existed for decades now. It was presented as a response to help cities cope with challenges they were facing such as rapid urbanization, climate change, resource depletion, and sustainability. Based mainly on sensors, flow optimization and algorithms, this model has revealed its limits. In smart city endeavors, citizens are seldom included in the planning process, although they hold a central position to produce and share useful knowledge on how they live and use the city. Technology has already been exploited to enhance city management, but it is still widely underused in urban planning even though it holds great promise. It has the potential to create tools that improve interaction between urban planners and city dwellers, which is a key aspect for more sustainable and responsive planning. This study explores how digital technologies can be harnessed to generate new ways of involving citizens in city planning, using the data they produce. Digital tools are changing the whole practice of urban planning by adding a non-expert but practiced knowledge layer in the planning process towards more sustainable cities.

Digital Technologies for Inclusive Urban Planning

S. Hasler

2017. International Conference on Urban Design & Cities Planning (UDCP 2017) , Kuala Lumpur, Malaysia , July 15, 2017. p. 45-48.

Rapid urbanization, climate change, resource depletion, the wish for a more sustainable development and the widespread use of the Internet and mobile phones all represent a great challenge for urban planning. While the smart city model is seen as a means to cope with these challenges, it is often reduced to an amalgam of technologies. Citizens are usually left outside the planning process, although they produce a massive amount of data related to how they live and use the city. Applying the smart city model demonstrates that digital technologies deeply change urban management systems. These technologies also create an opportunity to reshape the planning process by generating new forms of interaction between urban planners and city dwellers, which become useful tools for sustainable and responsive planning. This research explores how these new tools can be harnessed to enhance citizen involvement in the planning process.

Calculating spatial urban sprawl indices using open data

L. Gervasoni; M. Bosch; S. Fenet; P. Sturm

2017. The 15th International Conference on Computers in Urban Planning and Urban Management , Adelaide, Australia , July 11-14, 2017.

Urban sprawl has been related to numerous negative environmental and socioeconomic impacts. Meanwhile, urban areas have been growing at alarming rates, urging for assessing sprawl towards sustainable development. However, sprawl is an elusive term and different approaches to measure it have lead to heterogeneous results. Moreover, most studies rely on pri-vate/commercial data-sets and their software is rarely made public, impeding research reproducibility and comparability. Furthermore, many works give as result a unique value for a region of analysis, dismissing local spatial diversity that is vital for urban planners and policy makers. We present in this paper an open source framework for assessing urban sprawl using open data. Locations of residential and activity units are used to measure mixed use development and built-up dispersion, whereas the street network is used to measure accessibility between different land uses. Sprawl patterns are identified, and the resulting spatial information allows focusing on particular neighborhoods for a fine-grained analysis, as well as visualizing each sprawl dimension separately.

Learning from lifestyles in transition towards sustainability

A. Rigal

2017. 2nd PhDs in Transitions Conference 2017: "Sustainability Transitions: Theory and Practice" , Lausanne, Suisse , April 27-28, 2017.

Livres

Villes africaines: Environnement et enjeux de développement durable

N. Yemadji; J. Chenal; S. Hasler; A. F. Kemajou Mbianda

Lausanne: EPFL Press.

Villes africaines: mobilités et transports urbains

P. Sakho; J. Chenal; A. F. Kemajou Mbianda

Lausanne: EPFL Press.

Chapitres de livres

Méduse, vers des visualisations plus complexes que le réseau

A. Rigal; D. Rodighiero

Chronotopies, lecture et écriture des mondes en mouvement; Grenoble: Elya Éditions, 2017.

Dans le cadre de la « Conférence internationale des Humanités Numériques » qui s’est tenue en 2014 à Lausanne, nous avons réalisé une représentation. Celle-ci est une cartographie en réseau des auteurs et des mots-clés de la conférence. Les cartes résultantes sont reproduites sur divers objets : bâche, tapis, ouvrages, posters, tasses. Ces derniers avaient pour fonction de susciter l'intérêt des auteurs et leur identi cation au champ des humanités numériques. La qualité de la car- tographie en réseau est qu'elle exclut peu d'acteurs et dans notre cas peu de participants. De ce fait un grand nombre de participants à la conférence a pu se trouver sur la représentation et par là prendre part au collectif suggéré par les liens de la cartographie. Par ces reproductions, qui ne sont jamais vraiment mécaniques, la représentation a circulé en alimentant des interprétations qui tracent les contours d'un collectif propre à la conférence. Les traces fabriquées par les participants - commentaires de la cartographie, photos, souvenirs, tweets, etc. -, permettent de suivre la trajectoire de la représentation. Par conséquent, savoir si la représentation a réussi revient à enquêter sur l’étendue et la qualité de sa trajectoire entre les épreuves. L’enjeu de cet article est donc d’enquêter sur le design cartographique en tant qu’art du rassemblement, grâce aux outils du design cartographique.

Posters

Spatial dependence of body mass index and exposure to night-time noise in the Geneva urban area

A. Salmi; J. Chenal; I. Guessous; S. Joost

X international, interdisciplinary conference on spatial statistics, geographical epidemiology and geographical aspects of public health, Porto, Portugal, September 7-9.

In this study, we calculated the night-noise mean (SonBase 2014, compatible with the EU Environmental Noise Directive) for the 5 classes obtained after computation of Local Indicators of Spatial Association (LISA; Anselin et al 1995) on the BMI of the participants in the Bus Santé study, a cohort managed by the Geneva University Hospitals (N=15’544; Guessous et al 2014). We expected the mean of dBs to be significantly higher in the group showing spatial dependence of high BMI values (high-high class). We ran an ANOVA and multiple T-tests to compare the dB means between LISA clusters. The approach was applied to the participants of the whole State Geneva cohort, and to a reduced set of individuals living in the urban environment of the municipality of Geneva only.

Présentations

Digital participation and urban planning practices: An inventory of digital tools and a comparison of procedures in Geneva and Singapore

S. Hasler

FCL annual Conference on Future Cities: Research Methodologies, Zurich, Switzerland, 20-22 September.

While the smart city model is seen as a means to cope with challenges cities are facing, it is often reduced to an amalgam of technologies. Citizens are seldom included in the planning process, although they hold a key position to produce and share valuable knowledge on how they use and live in the city. Digital tools offer new opportunities to improve interaction and information exchange among urban planners and citizens, which can lead to more sustainable and responsive planning. This research intends to answer the following questions: ‘what are the opportunities and limits of involving citizens in the urban planning and decision making through digital tools?’, ‘what are the barriers to harness these tools and include citizens in the planning process?’, and ‘what are the levers to change current practices?’, The aims of this research are to understand how digital technologies open new means of planning more responsive and sustainable cities and how the role of citizens, as well as the one of urban planners, are changing in this context. To explore this topic, this research follows two different approaches. The first investigation produces a catalogue of worldwide existing digital tools for participatory urban planning. These practices are analysed regarding data (collection, production, and analysis), interactions, degree of involvement of the participant, outcomes of the tool and use of the produced information in the planning process. By giving an overview of the multiplicity of tools, this approach allows to determine both the opportunities – particularly in terms of data production and exchange – and the limitations of digital tools for participation. This overview gives a new insight on the potential use of digital tools. The second approach is a detailed study of planning processes in two cities, Geneva and Singapore, to compare their practices. Interviews with practitioners and analysis of planning documents, tools and policies are the methods used to describe current procedures in these two cities. These case studies have been selected for two reasons. Firstly, it compares a technology-driven city with one that has not yet taken full advantage of technologically driven planning practices. Secondly, it allows a comparison of top-down strategies that are supported with bottom-up initiatives with citizen-centric planning strategies. This approach helps us understand the interactions among stakeholders, the limitations of the ongoing procedures, and the barriers that hinder change. Urban planning procedures vary from one city to another, but good practices and levers for change can be identified, and put forward as recommendations to improve urban planning practices. However, many challenges need to be overcome in order to achieve this. The main challenge of studying innovative digital practices is that the value of the tools is often exaggerated. The promoted benefits are not often used to their full potential. Moreover, it is difficult to identify the deficiencies of existing practices, as practitioners will hardly ever point out failings in their own methods or practices. Another shortcoming is that procedures, tools and technology are evolving at a fast pace, which requires regular updates of data.

Comment voir l’impact spatial d’un mode de transport? Le cas de moto-taxis à Port-au-Prince

J. Chenal; R. Jaligot; A. F. Kemajou Mbianda

Séminaire urbain du Réseau d’Excellence des Sciences de l’Ingénieur de la Francophonie (RESCIF), Port-au-Prince, Haïti, December 5-7, 2017.

Les déguerpissements des quartiers précaires: l’exemple d’Abidjan

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Qu’est-ce qu’un quartier précaire: caractéristiques et définitions

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers, Douala, December 4-8, 2017.

Les trois formes d’irrégularité des quartiers précaires

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Les 16 typologies de quartiers précaires

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Ressemblances et dissenblances dans les quartiers précaires en Afrique sub-saharienne

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration / rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Villes sans bidonvilles: retour sur un programme de restructuration au Maroc

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration / rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, december 4-8, 2017.

La restructuration du quartier précaire d’El Mina à Nouakchott

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, douala, december 4-8, 2017.

Le rôle des bailleurs dans les projets de restructuration: l’exemple de la Banque Mondiale

J. Chenal; A. F. Kemajou Mbianda

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, december 4-8, 2017.

La lutte contre la pauvreté pour le développement urbain

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Quartiers précaires: de la genèse à la problématique

J. Chenal

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Quelques caractéristiques de l’urbanisation en Afrique

J. Chenal; A. F. Kemajou Mbianda

Atelier de projets de restructuration/rénovation des quartiers sous-structuré au Cameroun, Douala, December 4-8, 2017.

Cette présentation fait l'état des lieux des grands mouvements d'urbanisation en Afrique

Island Interfaces: Insularity, Distance, and Proximity

D. Mermoud; O. Archambeau; J. Chenal

III ISLAND CITIES & URBAN ARCHIPELAGOS INTERNATIONAL CONFERENCE (ICUA), Madeira, Portugal, November 8-12, 2017.

The main common point between insular territories is a limited amount of land. This might seem obvious or irrelevant because it concerns a large majority of states. However this ‘physical’ boundary defined by nature causes certain impacts: first of all a connection to the outer world limited to sea routes, airborne or artificial constructions, and secondly a feeling of isolation for the island population. The use of airborne or maritime forms of transportation to go beyond the borders of the territory offers island residents the opportunity to travel around the world, but at the same time it forces them to adapt their means of transportation, due to the natural boundaries, which ‘limits’ their movements. Therefore, insularity causes a contradictory representation of distance and proximity but also a perception of the outside world unique to the island. The dialectic perception- representation provokes a view of the world that differs from that of non-island peoples within the population but also among urbanists and planners. The ports acting as an interface between the island and the outside territory must be integrated into the city built nearby to provide urban continuity so that the city can develop outwards, to welcome but also to thrive.

A spatial analysis of motorcycle taxis activities for environmental planning The case of Port au Prince Haiti, Seventh International Conference on Advances in Applied Science and Environmental Technology - ASET 2017

R. Jaligot; A. F. Kemajou Mbianda; J. Chenal

Seventh International Conference On Advances in Applied Science and Environmental Technology, Bangkok, Thailand, September, 24-25, 2017.

We report a novel method for the spatial analysis of informal transport activities for future environmental planning. It uses a combination of spatial data gathered with GPS devices and semi-formal interviews. We show that the current configuration of the system is not optimized. It leads to a greater concentration of motorcycle taxis activities in denser urban areas, emitting high levels of noise and air pollution. Recommendations include decentralizing part of the activity and closer monitoring of the number of pilots.

Ecosystem services and federalism: a case study of Switzerland

R. Jaligot; J. Chenal

2017 International Conference on Sustainable Development and Green Technology, Nanhua University, Taiwan, November, 24-26, 2017.

A fundamental element of a federated state is the division of power between a central government and the component states. Switzerland is a federation consisting of twenty-six sovereign states named canton. Each canton has its own government and parliament, leading to a decentralized public political power. Public policies with a spatial incidence are within the jurisdiction of the Confederation, cantons or municipalities. The vertical division of competences varies between policies and between cantons. This study focuses on land crop rotation areas (LCRAs) to assess the impact of federalism on the preservation of ecosystem services. The concept of LCRAs originates from the Wahlen Plan of 1940, which aimed to double the surface of cultivated land to ensure food self-sufficiency if imports would stop. The criteria applied to define LCRAs are heterogeneous between cantons, and remain unchecked. Slope, altitude and land quality are among numerous criteria used to build cantonal inventories of LCRAs. Various polices have been implemented since the creation of LCRAs, mostly economical to sustain and to intensify agricultural production. However, conflicts between LCRAs and environmental interests such as ecological compensation, watercourse restoration or flood protection affect the provision of ecosystem services (ES), which are the contributions of ecosystems to human well-being. LCRAs provide the service of food production, but their purpose is questioned as Switzerland relies increasingly on food imports and LCRAs are sometimes converted to building zones, further impairing the provision of ES. The current literature focuses largely on ex-ante assessment of ecosystem services. However, this would not allow differentiating the differing implementation strategies of cantons, and explicitly quantify their impact on the provision of ecosystem services. In this contribution, we will demonstrate how an ex-post assessment may be more relevant to detect potential gaps in the implementation of policies in a federal state. The objective is to relate specific actions to a specific impact at the canton level based on empirical evidence, and to incorporate spatio-temporal dynamics that are critical in land-use planning. It can inform decision-makers about future sustainable land-use, and foster the redistribution of resource exploitation, such as food production, to optimize the sustainable provision of other ecosystem services.

Des médecins à la direction de l’urbanisme ?

S. Joost; I. Guessous

Forum Bâtir et Planifier "Villes en pleine santé", Lausanne, EPFL, Switzerland, November 20, 2017.

On parle beaucoup de médecine de «précision» à l’heure actuelle, et dans le cadre de cette présentation nous décrivons quelques travaux qui illustrent l'importance de cette précision injectée dans le domaine de la santé publique en milieu urbain, en utilisant les propriétés remarquables de l’information géographique. Ces travaux en géomédecine mettent en évidence le fait que notre société a besoin que des médecins soient impliqués dans le but de définir les critères que les nouveaux projets en urbanisme devront respecter.

People-centric Data for Urban planning

S. Hasler

ASD Small Talks, Singapore University of Technology and Design, Singapore, November 10th, 2017.

Based mainly on sensors, flow optimization and algorithms, the smart city model has revealed its limits. The city’s smart citizens are scarcely included in the planning process, even though they occupy a key position to produce and share valuable knowledge on how they live and use the city. Technology has the potential to generate tools that improve interaction and information exchange between urban planners and city dwellers, which is a key aspect for more sustainable and responsive planning. This talk will explore how digital tools can be harnessed to create new means of involving citizens in the urban planning process, and how they integrate a non-expert, but practiced, qualitative layer of knowledge. By looking at numerous existing digital tools to collect data from citizen, it will examine how qualitative input can be translated into quantitative data to be easily understandable and usable to inform both research and urban planning practices.

Regards d'un philosophe et d'un sociologue sur la question du mode de vie et de son changement

M. Goarzin; A. Rigal

Philosophie et transdisciplinarité - Journée d'études CUSO, Lausanne, Suisse, 10-11, 2017.

Dans cette intervention, nous présenterons dans un premier temps nos projets de recherche respectifs, en sociologie d’une part, et en histoire de la philosophie d’autre part, ainsi que les questions communes qui nous ont amenés à travailler ensemble. La question du changement de mode de vie et, dans cette perspective, l’importance des habitudes ainsi que le rôle joué par la pratique de certains exercices sont mis en évidence à la fois par l’étude du mode de vie des philosophes antiques et par l’étude sociologique des habitudes de déplacement de nos contemporains. Afin d’exemplifier ce travail commun sur la question du mode de vie, nous développerons deux axes de recherche abordés au cours des derniers mois : 1. L’importance de l’exercice, de l’effort et du renoncement dans l’acquisition de nouvelles habitudes et le changement de mode de vie, qui se retrouve dans le discours des philosophes antiques et dans le témoignage des personnes interviewées par le sociologue. 2. L’importance de l’exemplarité, ou de l’imitation, qui se retrouve également dans le processus de conversion au mode de vie philosophique, à travers l’usage de modèles et la présence d’exemples édifiants, ou bien dans la mise en œuvre de nouvelles habitudes de déplacement. Ce petit historique de notre collaboration et la présentation des résultats de nos recherches en commun nous permettront, dans un deuxième temps, de questionner les répercussions de l’approche transdisciplinaire sur nos recherches et sur l’analyse de la question du changement de mode de vie. Qu’est-ce que la philosophie, et en particulier l’histoire de la philosophie, apporte à la recherche en sociologie ? Et en quoi le dialogue d’un philosophe avec un sociologue permet-il d’enrichir la réflexion philosophique sur la question du mode de vie et des changements d’habitudes impliqués par la conversion philosophique ? Enfin, pourquoi favoriser une recherche transdisciplinaire dans l’étude d’un problème commun tel que la question du changement de mode de vie ?

Digitalization of the urban planning system: Insights from Singapore

S. Hasler

P21 Weekly Meeting, Future Cities Laboratory, ETH-Singapore Centre, Singapore, October 24, 2017.

Cities have been taking steps to transform and improve urban planning processes using digital tools. This presentation gives an overview of different tools developed in Singapore.

Citizen-centric data-informed urban planning: Opportunities and limitations of digital tools

S. Hasler

Information Architecture Chair Team Presentation, Future Cities Laboratory, ETH-Singapore Centre, Singapore, October 11, 2017.

How to live a post-car life?

A. Rigal

Penser l’au-delà de la société automobile. Towards a Beyond-Car Society., Lausanne, October 3, 2017.

Digital tools as a means to foster citizen involvement in urban planning

S. Hasler

Future Cities Lab Lunch Talk, Singapore-ETH Centre, Singapore, August 23, 2017.

Based mainly on sensors, flow optimization and algorithms, the smart city model has revealed its limits. The city’s smart citizens are scarcely included in the planning process, even though they occupy a key position to produce and share valuable knowledge on how they live and use the city. Technology has the potential to generate tools that improve interaction and information exchange between urban planners and city dwellers, which is a key aspect for more sustainable and responsive planning. This lunchtalk will explore how digital tools can be harnessed to create new means of involving citizens in the urban planning process, and how they integrate a non-expert but practiced layer of knowledge. By looking at numerous existing tools, it will examine the opportunities and limitations of these digital technologies as a way to create novel planning practices

La Marina de Casablanca : entre local et global

K. Hajji; J. Chenal

Rencontres Internationales en Urbanisme de l'APERAU, Byblos, Liban, 21-26 mai 2017.

La métropolisation de Casablanca implique la mise en place de stratégies nouvelles qui passent par l’émergence de mégaprojets. Les nouveaux acteurs impliqués dans ce type de projets visant à augmenter l’attractivité de la ville sont multiples et appartiennent à des sphères d’influences variées. Ce nouveau management urbain est régi par des logiques de rentabilités qui s’inscrivent plus largement dans la politique de libéralisation économique menée par l'Etat central. Ces stratégies urbaines dont les influences sont globales s’adaptent-elles au contexte local dans lequel elles se déploient ? Et si oui, dans quelles mesures s’y adaptent-elles ? A travers le projet de la Marina, l’objectif de cette présentation est de démontrer, à travers un cas d’étude, les multiples interdépendances qui se développent entre un grand projet urbain et son contexte local.

La smart africaine city: de l'informel au numérique

J. Chenal

Ecole Nationale Supérieure d'architecture, Toulouse, France, May 12, 2017.

De la Smart City à la Responsive

S. Hasler; J. Chenal

Colloque Territoire Intelligents : un modèle si smart ?, Université Paris Seine, Cergy-Pontoise, France, 22-24 mars 2017.

Smart city, ville intelligente, ville numérique, autant de termes qui caractérisent l’intention de durabilité, de qualité de vie ou encore de développement économique permise par le digital. Si ces termes font référence à une ville en tant que condensé de technologies, les habitants ont tendance à être laissés en marge des initiatives « smart ». Le numérique, et notamment l’avènement des médias sociaux, permet à chacun de faire entendre son opinion. L’important taux de pénétration d’Internet et de la téléphonie mobile laisse supposer de profondes modifications sur les manières de penser et planifier les villes intelligentes. Notre papier, en questionnant les nouvelles formes d’interactions numériques avec les citoyens, montre comment les villes sont en train de passer de smart à responsive.

Projets d'étudiants

Soigner par l'architecture, centre d'accueil pour les femmes victimes de violences sexuelles

A.-S. Blunier

2017.

Guerres, conflits, violences sont les principaux mots que l'on entend dans l'actualité. Si les ONG font leur possible pour prendre en compte l'ensemble des victimes, certaines ont besoin de soins plus spécifiques. C'est le cas des femmes victimes de violences sexuelles. A la suite d'un long processus, ces femmes rejoindront le site d'Adma, une petite ville à quelques kilomètres de la baie de Jounieh, au Liban. Le soin par l'architecture est la caractéristique principale du centre d'accueil. En effet, que se soit par la matérialité, la lumière, les espaces ou l'environnement, le lien entre corps et architecture permettra d'atteindre l'acceptation du traumatisme en vue d'arriver à une autonomie. En conservant et liant le patrimoine en pierre à l'utilisation du béton, le centre d'accueil s'intègre dans la vision architecturale libanaise. De plus, la cour étant un élément dominant des maisons traditionnelles, elle permet aussi de protéger et sécuriser ces femmes, tout en leur offrant un espace intime de partage et de communication, que ce soit avec leur corps, entre elles ou avec l'environnement extérieur. Enfin, chaque patiente possède sa chambre individuelle et aura accès chaque jour à des espaces de discussion, des activités (peinture, couture, jardinage ...) et aux espaces communs. Dans la conception architecturale du centre d'accueil, la notion de collectivité est importante car même si elles viennent de lieux différents, ces femmes ont un point commun, leur traumatisme.

Entre champs et étals. Un réseau marchand comme espace public pour Dakar (Sénégal)

J. Donzé; A. Fabbiano

2017.

Informelle, chaotique, frémissante, l'atmosphère de Dakar émane de ses marchés. Ces espaces qui grandissent et se multiplient, qui perdent leurs limites et envahissent les rues, qui immobilisent ses flux, donnent à la ville sa singularité. Loin d'être de simples bâtiments commerciaux, ils rassemblent les habitants, offrent un espace d'expression et d'échanges, donnent une identité au quartier. Mosquées, mairies, écoles, activités informelles s'y imbriquent et dessinent de manière autonome et non planifiée l'espace public de Dakar. Malgré le dynamisme qu'il dégage, il reste fragile face aux gestes forts de la planification et s'évanouit devant les grands axes qui visent à désengorger la ville mais déchirent le tissu urbain. Les interactions s'amenuisent et les échanges restent circonscrits au sein d'un quartier.   Penser la ville, c'est donc la penser par le biais de ses marchés. Et le vide libéré par le déplacement de l'aéroport offre l'opportunité d'en faire les vecteurs du développement du quartier. Sous l'impulsion de l'agriculture urbaine, un réseau marchand se met en place: du réseau marchand, l'espace public prend forme. Flexible, il laisse la possibilité aux marchés de grandir, aux bâtiments publics de s'installer. L'informel nourrit son développement plutôt qu'il ne l'altère. De ce dynamisme et de cette flexibilité découle l'urbanisation de l'ensemble du quartier.

Terre crue en milieu urbain: développement d'une architecture bioclimatique au Maroc

C. Froidevaux

2017.

«Je choisirais [de vivre dans] un logement en terre sous condition que toutes les nécessités de ma vie actuelle soient disponibles.» [Propos extraits d'un dialogue à Casablanca. Dans le passé, la personne a vécu dans un logement en terre crue.] Le patrimoine architectural marocain présente de nombreux exemples d'architecture en terre crue, démontrant que celle-ci est bien adaptée au climat local exposé à de fortes chaleurs en été. Au-delà du côté “sentimental” des traditions, la terre crue n'est pas incompatible avec “confort moderne”. Bien qu'éclipsée par l'arrivée des matériaux industriels, la prise de conscience des enjeux environnementaux lui donne un nouvel intérêt dans l'optique de favoriser des cycles courts et des matériaux renouvelables. Alors que le Maroc vient de mettre en place un règlement thermique pour la construction visant l'efficacité énergétique, le projet propose un modèle de logement bioclimatique redonnant une place à la terre dans la conception du bâtiment. Il se situe à Marrakech et se concentre, à l'échelle d'un quartier, sur un nouveau modèle de “maison marocaine” pour la classe moyenne. Proche de l'architecture traditionnelle par sa forme urbaine à patio, il se différencie par sa matérialité. Les murs périphériques des logements sont en adobe créant une enveloppe massive et lisse protégeant des nuisances extérieures. Un revêtement métallique entrelacé recouvre les autres façades plus légères possédant les ouvertures orientées sur le patio. Il module à la fois la vue et la lumière estompant ainsi la limite entre l'espace intérieur et extérieur.

Restructuration du “township” de Langa par une architecture incrémentale (Afrique du Sud)

C. Garnier

2017.

En 1994, les premières élections législatives multiraciales sud-africaines permettent à Nelson Mandela d'être élu président. Dès lors, l'accès à la propriété devient le fondement de la reconstruction post-apartheid et la population noire obtient enfin le droit à la propriété. Les familles des travailleurs sont alors autorisées à rejoindre les hommes jusque-là logés dans des “townships”, quartiers à l'époque réservés aux logements de la population immigrée noire. Le “township” de Langa, qui fut le premier érigé au Cap, se voit envahi par les habitats informels de part et d'autre des logements construits sous le régime de l'Apartheid. Sa localisation proche du centre ville a toujours fait de Langa un emplacement de choix pour les immigrés arrivant en ville. C'est pourquoi aujourd'hui, les habitants se retrouvent confrontés à de forts problèmes de surpopulation, de pauvreté et d'insécurité. Malgré des conditions de vie difficiles, une organisation spatiale spécifique ainsi qu'une micro-économie se sont mises en place dans le quartier et constituent un moteur essentiel au développement du quartier. C'est en utilisant ces qualités intrinsèques, couplées d'un processus d'architecture incrémentale que ce projet propose la sauvegarde du patrimoine national que sont ces logements datant de l'apartheid. Une trame simple et modulaire permettra aux habitants du quartier de s'approprier la structure selon leur besoin et leur moyen: un processus évolutif où l'habitant, impliqué par une méthode participative, est placé au coeur du projet.

“HabERi”, une nouvelle forme d'habitat évolutif pour réfugiés

S. Roux; A. Rychner

2017.

Située à moins de 10 km des côtes turques, l'île grecque de Lesbos est récemment devenue l'une des plus importantes portes d'entrée dans l'Union européenne ouvertes aux migrants. Avec des conflits mondiaux qui perdurent de plus en plus, les arrivées massives de personnes se multiplient et la durée de leurs séjours pèse sur l'île d'accueil qui n'a pas toujours les ressources nécessaires. Il est donc impératif de réfléchir à cette situation sur le long terme non seulement pour les réfugiés mais aussi pour la population locale. “HabERi”, habitat évolutif pour réfugiés, répond en premier lieu à l'urgence. Grâce à sa modularité, l'abri est facilement transporté et rapidement assemblé pour offrir un toit à ces personnes démunies. Cette structure, en caissons de bois vides, servira ensuite de squelette auquel seront ajoutées différentes couches, pour ainsi la transformer en une véritable maison. Situé à proximité de Mytilène, capitale de l'île, ce projet évolutif a pour but de devenir une extension de l'urbain. En effet, en prolongeant la ville, le nouveau quartier permet une interaction directe entre deux populations, un partage des espaces publics et une amélioration de l'économie locale. De plus, l'ajout de capteurs solaires, de récupérateurs d'eau de pluie ainsi que de jardins potagers réduit le manque actuel des ressources de la ville. Le projet vise donc à répondre aux nécessités immédiates d'une population en fuite tout en intégrant les besoins à long terme de la population locale.

2016

Articles de journaux

La participation sous toutes ses formes

J. Chenal; S. Hasler

Tracés. 2016.

Ville dense ou ville diffuse ? Quel avenir pour les périphéries des villes du sud ?

J. Chenal

Villes en développement. 2016.

À Nouakchott en Mauritanie comme dans toutes les villes du sud, l’expansion démographique a engen- dré une explosion de la périphérie. Cette situation re ète parfaitement celle des décennies à venir, où les centaines de millions de nouveaux urbains d’Afrique n’occuperont pas les dents creuses des villes, ni même ne densi eront les villes d’aujourd’hui, mais devront obligatoirement investir des terrains libres de toute urbanisation. Pour Jérôme CHENAL, l’enjeu dans les villes africaines n’est donc pas la ville existante, la ville centre, l’enjeu aujourd’hui se trouve en périphérie.

Dense or sprawling cities: what future for the peripheries of the Cities of the Global South?

J. Chenal

Villes en développement. 2016.

In Nouakchott in Mauritania, as in all the Cities of the Global South, the demographic explosion has led to unbridled growth in peripheral zones. This process will continue in future decades when a new Afri- can urban population numbering hundreds of millions will not take up the gaps in the existing cities or even make them denser but will be forced to move onto completely unurbanised land. Jérôme CHENAL, head of the Urban and Regional Planning Community at the École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), considers that the challenge currently facing African cities does not lie in the existing city or the city centre but in the outskirts.

Papiers de conférences

A framework for evaluating urban land use mix from crowd-sourcing data

L. Gervasoni; M. Bosch; S. Fenet; P. Sturm

2016. 2nd International Workshop on Big Data for Sustainable Development , Washington DC, USA , December 2016.

Le réseau est mort, vive le réseau ! Ou l’image de pensée réseau

A. Rigal

2016. Géopoint , Lausanne , Juin 13-15, 2016.

Un réseau est une série de liens qui se rejoignent en des noeuds. Cette figure est topologique et ses limites sont ouvertes (Lévy 1994, p. 77 ; Lévy, Lussault 2003, p. 795-796 ; Lussault 2007, p. 131). Le réseau permet une prise en compte du plus grand nombre d’acteurs, quelle que soit leur puissance d’agir et leur taille (Akrich et al 2006), bien que ce poids puisse ensuite être déterminé (voir par exemple Sassen, 2002). Cette métaphore spatiale est mobilisée ainsi, en vue de conserver l'inquiétude quant à la possibilité selon laquelle un être jusque-là insignifiant puisse affecter les actions (Viveiros de Castro Eduardo 2009, p. 23), mais elle ne nous dit rien quant à sa substance. Ainsi, le réseau entraîne un accroissement des perceptions et de la représentation des acteurs en présence dans toute leur diversité (Murdoch, 1997), mais il encoure dans le même temps le risque de l’indistinction. Dans ce texte volontairement porteur de controverses, j’interroge l’esthétique scientifique (Feyerabend, 2003, p. 40 ; p. 44) que met en oeuvre le réseau : notion, manière de percevoir la réalité, et de la représenter. Une esthétique scientifique est un mode d’interrogation formel de la réalité, auquel correspond une représentation le plus souvent visuelle. Et les controverses scientifiques portent notamment sur les bonnes formes d’interrogation de la réalité. De ce fait, les écoles de recherche sont parfois contradictoires entre elles, et finalement incompatibles, notamment pour juger le succès des unes et des autres (Feyeraband, 2003, p. 98). Le réseau en tant que forme d’interrogation et de représentation de la réalité repose sur des postulats esthétiques, qui informent aussi de prémisses politiques. Je prends le parti d’explorer l’esthétique du réseau, car le réseau constitue l’une des figures fondamentales des sciences de l’espace, que celles-ci ont exporté au coeur des théories contemporaines du social fondées sur la relation.

Reviews

L'urbanisation est l'horizon de l'urbain, Lecture de Vers une architecture extrême, Rem Koolhaas

A. Rigal

Urbanités. 2016.

Inspiré de Delirious New York et de Junkspace, l'ouvrage Vers une architecture extrême rassemble une conférence retranscrite et un entretien de Rem Koolhaas, ainsi qu'une postface de Kwinter Sanford. Il s'agit d'une traduction d'un livre publié en 1996 par la Rice School of Architecture, et intitulé Conversations with Students. Son auteur principal est ainsi Rem Koolhaas, à la formation de scénariste, et qui est devenu un architecte et un théoricien de l'architecture de renom, à la tête du Office for Metropolitan Architecture. Comme son nom l'indique, ce studio travaille à concevoir ce en quoi consiste une architecture de la ville ou architecture métropolitaine. C'est un questionnement que l'ouvrage reprend. Rem Koolhaas propose un état des lieux de l'espace urbain contemporain au travers de projets de son agence dans les années 1990 – Terminal maritime de Zeebrugge, Bibliothèque de France, Centre ZKM pour l'art et la technologie des médias. Au travers de ces projets, il met l'accent sur un espace traversé par les flux de communication, d'argent, de personnes, de biens. Quelle place peut bien y conserver l'art du bâti, du lourd et du durable ? Alors que, selon lui, l'architecte croit de moins en moins à sa capacité à changer la vie, et que la patrimonialisation fige des pans entiers de | ville, on peut considérer que Koolhaas offre, par ces projets, un manuel du créateur en période absurde. Si l’on traduit en des termes qui ne lui sont pas propres, le principe qui l’anime, il pourrait s’agir pour lui de bâtir « plus vite, plus haut, plus fort », et pour ce faire, de détruire à tour de bras. Une architecture de la ville contemporaine consisterait ainsi avant tout en une poursuite de l'urbanisation : par la masse, par la destruction. Koolhaas caricature les processus urbains à l’oeuvre pour en conserver l’essence, qui consiste en la succession de destruction-construction. Il ne s’agit pas pour lui de juger qu’il est judicieux de détruire telle partie de ville pour l’améliorer, ou bien de conserver tel autre morceau, mais bien de poursuivre le geste modernisateur de rejet du passé, qui se traduit spatialement par la destruction de ces reliquats. Il ne tient aucunement compte du contexte.

Méduse face à Gaïa. Commentaire de Latour, Bruno. 2015. Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique

A. Rigal

Espacestemps.net. 2016.

Ce commentaire de Face à Gaïa décrit la bataille intellectuelle que Bruno Latour engage contre les Modernes, à l’heure où la Terre les menace. Il use pour cela de l’icône Gaïa, personnage principal de l’ouvrage qui lui permet de représenter une Terre réanimée des créatures qui la compose. Saisir cette composition est le moyen pour les Modernes de prendre en compte les effets néfastes de leurs actes sur les autres créatures, et sur eux-mêmes. Car ceux-ci sont à la fois médusés et effrayés par le grouillement des créatures terrestres, auxquelles ils ne parviennent pas à avoir un accès efficient. C’est pourquoi Bruno Latour propose des expérimentations artistiques pour exercer la perception des multiples composantes non humaines de la Terre ; cela pour nous apprendre à définir les territoires partagés avec les autres existants, afin d’envisager des vies nouvelles pour une vision de la Terre renouvelée et plus durable.

Livres

Villes africaines : restructuration des quartiers précaires

I. Diagana; J. Chenal; S. Hasler

Lausanne: EPFL Press.

À l’heure actuelle, près de 250 millions de personnes en Afrique, vivent dans des quartiers précaires, en raison des mauvaises conditions d’accueil et de la pénurie de logements. Dans les villes africaines, la croissance s’opère principalement en périphérie, par la création de quartiers précaires où se concentre la pauvreté urbaine. L’objet de ce cours, synthétique et intuitif, est l’étude de la restructuration de ces quartiers. Il s’agit, en partant de la compréhension de leur formation, de leur organisation et de leur fonctionnement, d’examiner les modes d’intervention qui visent leur revalorisation et intégration dans les structures formelles des villes qui les accueillent. Ce cours fait partie de la collection BOOC (Book and Open Online Courses) qui sont les supports compagnons des MOOCs (Massive Open Online Courses) proposés par l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Learning from the slums for the Development of Emerging Cities

Berlin: Springer International Publishing.

This book deals with slums as a specific question and a central focus in urban planning. It radically reverses the official version of the history of world cities as narrated during decades: slums are not at the margin of the contemporary process of urbanization; they are an integral part of it. Taking slums as its central focus and regarding them as symptomatic of the ongoing transformations of the city, the book moves to the very heart of the problem in urban planning. The book presents 16 case studies that form the basis for a theory of the slum and a concrete development manual for the slum. The interdisciplinary approach to analysing slums presented in this volume enables researchers to look at social and economic dimensions as well as at the constructive and spatial aspects of slums. Both at the scientific and the pedagogical level, it allows one to recognize the efforts of the slum’s residents, key players in the past, and present development of their neighborhoods, and to challenge public and private stakeholders on priorities decided in urban planning, and their mismatches when compared to the findings of experts and the demands of users. Whether one is a planner, an architect, a developer or simply an inhabitant of an emerging city, the presence of slums in one’s environment – at the same time central and nonetheless incongruous – makes a person ask questions. Today, it is out of the question to be satisfied with the assumption of the marginality of slums, or of the incongruous nature of their existence. Slums are now fully part of the urban landscape, contributing to the identity and the urbanism of cities and their stakeholders.

Villes africaines: Introduction à la planification urbaine

J. Chenal; S. Hasler

Lausanne: EPFL Press.

Le livret de cours permet d'apprendre les bases de la planification urbaine à travers ses dimensions techniques, environnementales, sociales, économiques et symboliques. Le cours parle uniquement des villes africaines et même si celles-ci ont valeurs d'exemple pour les ville du Sud, voire toutes les villes, nous nous efforçons à remettre les problématiques dans un contexte africain. Développés par EPFL Press, les BOOCs (Book and Open Online Courses) sont le support compagnon des MOOCs proposés par l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Valeur ajoutée aux MOOCs, ils rassemblent l’essentiel à retenir pour l’obtention du certificat et constituent un atout pédagogique. Learn faster, learn better.

Chapitres de livres

Learning from the Slums, Learning for the Slums

J.-C. Bolay; Y. Pedrazzini; J. Chenal

Learning from the Slums for the Development of Emerging Cities; Berlin: Springer International Publishing, 2016. p. 239-247.

From the Field to the Theory

J. Chenal; Y. Pedrazzini; J.-C. Bolay

Learning from the Slums for the Development of Emerging Cities; Berlin: Springer International Publishing, 2016. p. 229-237.

Tentative Classification of Various Slum Types

J. Chenal; Y. Pedrazzini

Learning from the Slums for the Development of Emerging Cities; Berlin: Springer International Publishing, 2016. p. 31-41.

Slums: Note for an Urban Theory

Y. Pedrazzini; J. Chenal; J.-C. Bolay

Learning from the Slums for the Development of Emerging Cities; Berlin: Springer International Publishing, 2016. p. 19-29.

Slums and Precarity in Developing Countries

J.-C. Bolay; J. Chenal; Y. Pedrazzini

Learning from the Slums for the Development of Emerging Cities; Berlin: Springer International Publishing, 2016. p. 3-16.

Documents de travail

Villes africaines: discours et pratique

J. Chenal

2016.

Villes africaines: modèles de villes

J. Chenal

2016.

Rapports techniques

Lyria 2030. Mobility scenarios for 2030 on the Geneva-Paris line

V. Kaufmann; J. Chenal; E. Ravalet

2016.

Projet Data Concertation, Rapport

S. Hasler; J. Chenal; J.-F. Lucas; D. Boullier

2016.

Concrétiser la planification territoriale intercommunale ? Analyse et pistes de réflexion en Valais

M. A. Messer; J. Chenal

2016.

La Communauté d’études pour l’aménagement du territoire (CEAT) à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a été mandatée par l’Etat du Valais, via son Service du développement territorial, pour la réalisation d’une étude sur les pratiques de la collaboration intercommunale en matière d’aménagement du territoire dans les agglomérations valaisannes. Cette étude a été réalisée à l’intérieur d’une recherche plus vaste, portant sur la mise en œuvre de projets d’urbanisation supracommunaux dans les agglomérations urbaines suisses, dans le cadre de l’application locale de la politique fédérale des agglomérations. Cette recherche, menée de 2013 à 2016, constitue la thèse de doctorat de Marc Antoine Messer, urbaniste FSU et assistant-doctorant à la CEAT, sous la direction de Vincent Kaufmann et Jérôme Chenal. Le présent rapport investigue particulièrement les modalités de mise en œuvre de projets d’urbanisation supracommunaux, en termes de jeux d’acteurs, de relations intercommunales et de gouvernance de projet. Ce faisant, il questionne les formes de coopération qui se développent pour permettre aux différentes collectivités locales de mener un projet d’urbanisation en commun. Il interroge ainsi non seulement la pratique de l’intercommunal, mais aussi le rapport des acteurs au local, les enjeux particuliers d’une réadéquation des territoires institutionnels aux territoires de la planification et les forces et faiblesses des différentes formes de gouvernance régionale. Il vise enfin à proposer des pistes d’action visant à améliorer la pratique de la coordination intercommunale en matière d’aménagement du territoire dans les agglomérations urbaines valaisannes.

Bewirtschaftung der besten landwirtschaftlichen Flächen in der Schweiz; Kantonale Praktiken und Entwicklungsperspektiven

M. A. Messer; M. Bonriposi; J. Chenal; S. Hasler; R. Niederoest

2016.

Die Fruchtfolgeflächen rücken ein doppeltes Paradox für die Raumplanung in der Schweiz ins Blickfeld. Erstens sind die Fruchtfolgeflächen zwar die besten Flächen für die landwirtschaftliche Produktion und damit für die Sicherstellung der Grundversorgung einer stark wachsenden Bevölkerung, gleichzeitig sind sie im Allgemeinen aber auch die besten Flächen für die Entwicklung des Siedlungsraums. Die Fruchtfolgeflächen befinden sich somit am Kristallisationspunkt von zwei völlig widersprüchlichen Erfordernissen: auf der einen Seite das legitime Bedürfnis, eine ausreichende landwirtschaftliche Produktion zu garantieren – und damit auch der Erhaltung offener Flächen, der Böden, dem Landschaftschutz und der Landesverteidigung Rechnung zu tragen –, und andrerseits das Bedürfnis, Wohnraum, Arbeitsplätze und Freiräume für eine Bevölkerung zu schaffen, welche aufgrund einer dynamischen Wirtschaftsaktivität stetig wächst. Mit Blick auf den anhaltenden demographischen Druck werden sich diese Gegensätze in den nächsten Jahren noch verschärfen. Zweitens war die Bewirtschaftung der Fruchtfolgeflächen in der Schweiz von der föderalistischen Praxis geprägt. Zwar ist der Pluralismus der Praktiken und Verfahrensweisen an sich kein Hindernis für die Umsetzung der Ziele des Sachplans von 1992, sondern durchaus normal und erwünscht, um den unterschiedlichen kantonalen und regionalen Realitäten gerecht zu werden. Doch insgesamt waren die Umsetzung des Sachplans von 1992 und dessen Überwachung nicht optimal. Diese Tatsache stellt ein nicht unerhebliches Risiko für den Föderalismus dar. Aufgrund einer gewissen Nachlässigkeit bei der tatsächlichen Erhaltung der Fruchtfolgeflächen wird heute der Ruf nach einer Renationalisierung der Thematik laut. Diese Appelle laufen über verschiedene, aber konvergente Kanäle: politische Appelle, Bürgerappelle. Die Schweiz befindet sich in der Frage der Bewirtschaftung der besten Landwirtschaftsflächen zweifellos an einem Bruchpunkt. Mit der vollständigen Aufhebung der – wenn auch beschränkten – Flexibilität, welche die föderalistische Umsetzung des Schutzes der Fruchtfolgeflächen bisher zuliess, hat das Land jedoch mit Sicherheit mehr zu verlieren als zu gewinnen. Es ist in der Tat kaum vorstellbar, das nationale Territorium als ein einheitliches Ganzes zu betrachten. Dies widerspräche auch den Zielsetzungen der Raumentwicklung, wie sie beispielsweise die Agglomerationspolitik des Bundes verfolgt. Die räumlichen Verhältnisse und der Entwicklungsbedarf in den städtischen Kantonen, die sich einem starken Bevölkerungsdruck ausgesetzt sehen, sind sicherlich nicht die gleichen wie in gewissen peripherer gelegenen Regionen. Eine nationale Überreglementierung wäre schliesslich auch nicht mit den Realitäten einer immer stärkeren Vernetzung des schweizerischen Staatsgebietes vereinbar. Die transnationalen Agglomerationen sind ein absurdes Beispiel für die Konsequenzen, die eine unzureichende Flexibilität haben könnte, indem die Entwicklung des Siedlungsraums einfach auf das Gebiet jenseits der Landesgrenze verlagert wird. Die Kantone verfügen heute über Argumente, um für eine gewisse Flexibilität in der Bewirtschaftung der Fruchtfolgeflächen in der Schweiz einzutreten. Doch um diese Argumente auszuspielen, müssen sie erstens in der Lage sein, mit einer Stimme zu sprechen, und zweitens die geltenden Regeln überall mit der gleichen Strenge anwenden.

Gérer les meilleures terres agricoles en Suisse; Pratiques cantonales et perspectives d'évolution

M. A. Messer; M. Bonriposi; J. Chenal; S. Hasler; R. Niederoest

2016.

Les surfaces d’assolement illustrent un double paradoxe pour l’aménagement du territoire en Suisse. Premièrement, si les surfaces d’assolement sont les meilleures terres pour la production agricole et donc aussi pour garantir les moyens de subsistance d’une population en forte croissance, ce sont aussi dans l’ensemble, les meilleures terres pour l’urbanisation. Les surfaces d’assolement se situent donc à l’endroit de cristallisation de deux impératifs pleinement contradictoires ; d’une part le besoin légitime de garantir une production agricole suffisante – et par là, la préservation des espaces ouverts, des sols, la protection du paysage, voire la défense nationale – et d’autre part celui de loger, faire travailler, absorber une population en croissance basée sur une activité économique forte. Sous la pression démographique, ces contradictions iront en augmentant ces prochaines années. Secondement, la gestion des surfaces d’assolement en Suisse a été marquée par la pratique du fédéralisme. Loin d’être en soi un obstacle à la poursuite des finalités du plan sectoriel de 1992, le pluralisme des pratiques et des traitements est normal et souhaitable, afin de refléter les différences des contextes cantonaux et régionaux. Mais globalement, la mise en oeuvre du plan sectoriel de 1992 et le suivi de celui-ci n’ont pas été optimaux. Cette réalité représente un risque non négligeable pour le fédéralisme. Un certain laxisme dans la préservation effective des surfaces d’assolement justifie aujourd’hui des appels à une renationalisation de la thématique. Ces appels s’exercent par différents biais : appels politiques, appels citoyens, mais convergents. La Suisse se situe indubitablement à un point de rupture dans sa gestion des meilleures terres agricoles. Or, le pays a certainement plus à perdre qu’à gagner d’une suppression totale de la souplesse, même réduite, que l’application fédéraliste de la préservation des surfaces d’assolement offrait. Il n’est guère envisageable en effet de considérer le territoire national comme un tout uniforme. Cela contreviendrait aussi aux objectifs de développement territorial, tels que ceux portés par la politique fédérale des agglomérations. La réalité territoriale et le besoin en développement ne sont assurément pas les mêmes dans les cantons urbains soumis à une très forte pression démographique que dans certaines régions plus périphériques. Une surréglementation nationale ne serait finalement pas non plus compatible à la réalité d’un territoire suisse de plus en plus interconnecté. Les agglomérations transnationales sont l’exemple par l’absurde des conséquences qu’un manque de souplesse pourrait avoir, en rejetant sur les zones de l’autre côté de la frontière nationale le développement urbain. Les cantons disposent aujourd’hui de bonnes cartes pour défendre une certaine souplesse dans la gestion des surfaces d’assolement en Suisse. Mais pouvoir les jouer exige premièrement d’être capable de parler d’une même voix et secondement de tous appliquer les règles en vigueur avec la même rigueur.

Posters

Spaces of Effort, Exploration of an Experience of Active Mobility

F. Bahrami; A. Rigal

mobil.TUM 2016, Transforming Urban Mobility, International Scientific Conference on Mobility and Transport, Munich, Germany, June 6-7, 2016.

The poster explores the notion of Effort as an integral part of active mobility and in general of urban experience. Considering the increasing value of physical effort in urban life styles, we challenge the general premise of transport planning that tends to reduce the effort required for mobility - particularly when providing alternatives to car use. Informed by interviews we have conducted with inhabitants of three major agglomerations in Switzerland, Zurich, Geneva and Lausanne, we identify a threefold approach to effort, and explore the spatial implications of them for urban spaces that contribute to the practice of active mobil ity.

Présentations

Les données numériques comme porte-paroles dans un processus de concertation citoyenne

J.-F. Lucas; S. Hasler

Colloque: Les données urbaines, quelles pratiques et quels savoirs? Perspectives pluridisciplinaires sur les traces numériques, Lyon, France, 13-14 décembre 2016.

A framework for evaluating urban land use mix from crowd-sourcing data

L. Gervasoni; M. Bosch; S. Fenet; P. Sturm

2nd International Workshop on Big Data for Sustainable Development, Washington DC, USA, December 5, 2016.

Population in urban areas has been increasing at an alarming rate in the last decades. This evidence, together with the rising availability of massive data from cities, has motivated research on sustainable urban development. In this paper we present a GIS-based land use mix analysis framework to help urban planners to compute indices for mixed uses development, which may be helpful towards developing sustainable cities. Residential and activities land uses are extracted using OpenStreetMap crowd-sourcing data. Kernel density estimation is performed for these land uses, and then used to compute the mixed uses indices. The framework is applied to several cities, analyzing the land use mix output.

What is a Transport Mode? On Cars, the Senses and Climatic Experience

F. Bahrami; A. Rigal

Swiss Mobility Conference, Lausanne, October 20-21, 2016.

Quelques réflexions sur la planification

J. Chenal

Journée d'étude CODATU "La planification des déplacements urbains: un défi pour structurer les villes africaines", Lomé, Togo, September 13, 2016.

De la ville durable à la ville conviviale

J. Chenal

Journée des villes "La ville à venir - Préoccupations et caractéristiques des villes de demain", Schaffhouse, August 25-26, 2016.

Représenter des pratiques de mobilité

A. Rigal

Journées de l'EDAR, Lausanne, Mai 17-18, 2016.

De nombreuses manières de représenter la mobilité sont proposées par la littérature scientifique. D'une part, les dessins et plans d'architectes fournissent des représentations traditionnelles, précises et à finalités constructives, d'infrastructures de transport (Chapel,2010). D'autre part, les cartographes ont fournis un grand nombre de documents qui permettent de figurer les chemins empruntés et empruntables par les habitants en déplacement (Farrauto, Ciuccarelli, 2011). Les raffinements les plus contemporains des travaux en visualisation (Manovich, 2010) ont introduits le réseau en tant que figure maîtresse (Lima, 2011 ; Munster, 2013). Se sont développés, des réseaux mobiles et immobiles, afin de représenter les flux de voyageurs, de marchandises, d'informations qui circulent dans les espaces urbains. Si les réseaux introduisent à l'étude des flux d'individus, l'expérience habitante reste négligée (O'Rourke, 2013), c'est-à-dire la mobilité au-delà du déplacement et des transports. Elle est pourtant d'autant plus importante que les paradigmes dominants de l'architecture et des sciences sociales se concentrent désormais sur les pratiques habitantes (De Certeau, 1990 ; Illich Ivan, 2005 ; Rapoport, 1969 ; Lynch, 1996 ; Norman, 2002). Or, celles-ci restent le plus souvent invisibilisées, par manque de travail de représentation. C'est la tâche à laquelle cette communication s’attelle : représenter les expériences habitantes pour permettre un questionnement empirique de la genèse des compétences et du développement des pratiques de la mobilité. Pour ce faire, sera proposée une figure, que l'on peut nommer trajectoire, qui permet de figurer à la fois les compétences habitantes, les événements de leurs naissances et de leurs disparitions, ainsi que les processus de développement de celles-ci. Cette représentation s'inspire des élans figuratifs de Tim Ingold (2007; 2015), qui propose de concevoir les pratiques par des lignes. Cette tentative de représentation est mobilisée dans ma thèse, afin de rendre compte des évolutions des compétences et des pratiques habitantes, de mobilité, pour identifier les points de ruptures, et potentiellement les reproduire en vue de changements de pratiques ultérieurs par des politiques adaptées. La figure est articulée entre des lignes verticales qui signifient des pratiques, dont la longueur informe de la durée du développement de celles-ci, et des lignes horizontales qui représentent des événements qualifiés. Une fois visualisée les trajectoires des pratiques habitantes, il devient possible d'analyser visuellement, selon des patterns, des dizaines de trajectoires habitantes. Ainsi, sont interrogeables, l'influence des rythmes de vie et de déplacement sur les rythmes d'apprentissage de compétences (Rosa, 2013 ; Schönfelder, Axhausen, 2010; Michon Pascal, 2007). Si la tentative était systématisée, et poussée à plus grande échelle, elle permettrait de questionner empiriquement et en détail l'habitus (Bourdieu, 1992 ; 2003 ; Bourdieu, Wacquant, 1992) – de l'être pratiquant malléable ou cristallisé –, autrement dit de la genèse des pratiques. Cet outil de représentation, à vocation tant empirique que théorique, est le fruit d'un travail de thèse sur les changements de pratiques de mobilité, qui demandait une représentation adéquate pour être questionnées. Mais, il s'agit aussi d'un travail qui se poursuit en collaboration avec Dario Rodighiero (2016), doctorant EDAR, et avec le laboratoire de Data visualisation de l'Université de Fribourg, afin de produire une application en ligne. Celle-ci aura pour objectif de rendre automatisée la production de visualisations des pratiques, de trajectoires, à partir de données propres à chaque utilisateur. Ainsi, partant d'un intérêt figuratif, se croisent développements méthodologiques prochainement mis en commun, et retour sur les pratiques habitantes dans l'urbain.

Villes du futur: le défi des territoires

J. Chenal; K. Hajji

Ministère de l'urbanisme, Rabat, Maroc, April 8, 2016.

Le challenge des territoires durables

J. Chenal; K. Hajji

Wilaya de Casablanca, Rabat, Maroc, April 8, 2016.

La ville de demain: comment rendre les territoires urbains durables?

J. Chenal; K. Hajji

Direction de la Politique de la Ville, Rabat, Maroc, April 8, 2016.

A travers le temps et à travers l'espace; Transposer un dispositif méthodologique américain à l'étude de la commune suisse

M. A. Messer

1ères rencontres de l'EDAR, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Suisse, Mai 17-18, 2016.

Analyser les processus politiques complexes et multi-acteurs qui planifient le développement urbain nécessite à la fois de délimiter un objet d’étude assez précis pour être soumis à un examen exhaustif et scientifique et d’appliquer un cadre méthodologique reproductible et fiable. Dans les limites que Katz (1983) propose d’imposer à toute recherche qualitative scientifique – representativeness, reactivity, reliability, replicability – nous avons travaillé à la transposition d’un cadre analytique spécifique, issu de la branche pluraliste de la sociologie des élites américaines, à un objet de recherche ciblé, celui du processus de concrétisation des projets d’urbanisation dans les agglomérations urbaines suisses. L’objet de recherche répond à une ambition plus large, à savoir de circonscrire les effets sur les instruments de l’aménagement du territoire, sur les processus décisionnels et sur les jeux d’acteurs, de la réalisation de projets d’urbanisation supracommunaux dans les agglomérations. Les théories de la sociologie des élites, si elles se sont forgées sur une critique de l’analyse marxiste de l’exercice du pouvoir (Leferme-Falguières et van Renterghem 2001), se cristallisent aux Etats-Unis après-guerre par des courants méthodologiques antagonistes (Scott 2012). Ils se différencient d’abord par leur posture préalable, moniste ou pluraliste, puis par l’objet de leur analyse : image du pouvoir, position du pouvoir ou organisation du pouvoir. Ces distinctions ont forgés des traditions de recherches, dites réputationnelle, structurelle ou décisionnelle. La dernière est pensée en réaction aux deux premières par Dahl (1961), afin de décortiquer le plus finement possible le fonctionnement du pouvoir, et spécifiquement de la prise de décision, dans la ville. Sa méthode appliquée notamment dans le domaine du renouvellement urbain, Dahl la déploie en six étapes successives : analyse historique, analyse approfondie d’une catégorie socio-économique, détermination de l’impact personnel sur certains types de décision, étude d’échantillons d’acteurs secondaires pris au hasard, étude d’échantillon d’électeurs, variantes des types de votes selon les catégories socio-économiques. Clark (1968) adjoint à la méthode décisionnelle, l’impératif comparatiste et propose un déploiement d’une « ersatz decisional method » sur plusieurs villes en parallèle. Cette méthode, de par l’ampleur de son analyse, offre des résultats d’une finesse inégalée sur les processus décisionnels qui font la ville. Choisir de faire traverser à la méthode décisionnelle à la fois le temps – à la pléthore d’investigations empiriques mises sur pied pendant la décennie 1960, n’a fait écho qu’une spectaculaire disparition les décennies suivantes – et l’océan – le terrain expérimenté ayant été majoritairement réservé aux Etats-Unis – ne se fait pas sans doutes ni sans quelques aménagements. Bassand constitue le fil rouge, par sa première transposition de ces méthodes sur l’organisation du pouvoir communal en Suisse (notamment Bassand et Fragnière 1976, 1978, Bassand et Windisch 1974). De la méthode décisionnelle ersatz, nous proposons un dispositif méthodologique en sept étapes : analyse contextuelle historique et géographique ; analyse contextuelle politique ; analyse d’une catégorie d’acteurs ; analyse des interactions des acteurs avec les décisions de concrétisation ; détermination de l’impact des acteurs sur les décisions de concrétisation ; comparaison inter-communale ; comparaison inter-agglomération. La présente communication permettra de présenter les possibilités de la transposition de la méthode décisionnelle, les aménagements réalisés et la pertinence de tirer une approche innovatrice d’une méthode « classique ».

Coopérer entre égaux ; Planifier la ville fragmentée à son échelle fonctionnelle ?

M. A. Messer

18ème Rencontres internationales d'urbanisme de l'APERAU, Bruxelles - Louvain-la-Neuve, Belgique, mai 22-27, 2016.

présenté dans le cadre de l'atelier 21 : Coopérations territoriales multi niveaux. Résumé : Evoquant les « nouvelles coopérations urbaines et territoriales », ce sont d’abord des images de coopérations entre partenaires inégaux qui émergent : coopération public – privé, intégration de la société civile et des habitants dans les procédures publiques, démarche de co-construction multiacteurs et ainsi de suite. Pourtant, la question se pose aussi en terme de capacité des différents corps publics à coopérer à l’échelle fonctionnelle de la ville pour planifier cette aire urbaine fragmentée. La coopération entre égaux ouvre ainsi un champ de recherche à la fois singulier et indépassable. La fragmentation institutionnelle reste en effet plutôt la norme que l’exception dans les métropoles occidentales ; la capacité planificatrice se partageant entre de multiples entités territoriales. La coopération entre ces acteurs égaux est donc un enjeux majeur face aux défis tels qu’une lutte coordonnée contre l’étalement urbain, l’adoption d’une planification intégrée ou le renouvellement urbain. Or, deux décennies de prévalence des idées issues du New Regionalism et de la gouvernance urbaine, découlant elles-mêmes du triomphe d’une certaine conception libérale de la planification durant la décennie 1980, ont changé les conditions-cadres dans lesquelles évoluent les collectivités territoriales. Dans une époque valorisant la coopération fluide et intégrative, sous quelles modalités en évolution opère la coopération entre institutions territoriales en vue de fabriquer la ville et partant, la métropole ? Malgré plus d’un siècle de production de littérature scientifique sur le thème du pilotage de la métropole fragmentée, les enseignements empiriques demeurent rares. Nous avons donc décidé de déployer un dispositif empirique de plusieurs années dans trois agglomérations urbaines de Suisse. La Suisse offre en effet des conditions idéales pour une telle investigation : une absence totale de réforme de l’architecture institutionnelle, une très haute fragmentation institutionnelle des aires urbaines et la mise en place de nouveaux instruments légaux pensés pour initier la coopération à l’échelle des agglomérations, notamment sous la forme d’octroi de cofinancement pour les infrastructures régionales, enfin, une autonomie historique accordée au local. La présente communication permettra de dérouler les premiers enseignements issus de nos terrains. Il s’est en effet agi d’analyser les modalités de la coopération entre communes territoriales dans le cas très précis de projets d’urbanisation dépassant les frontières communales, soit en requalification urbaine, soit en densification. Il apparaît notamment que la coopération horizontale – entre égaux – sans réforme institutionnelle (transfert de compétence du local vers le régional, création d’une nouvelle entité métropolitaine, etc.) postule implicitement une certaine souplesse des instruments de la planification qui s’adapteraient à des périmètres plus larges et à des procédures conduites par plusieurs acteurs en parallèle. Or, les enseignements du terrain démentent cette capacité des instruments à s’infléchir sous la volonté des acteurs coopérants. Le processus de coopération se transforme alors plutôt en une succession d’étapes pour réduire la portée supra-communale des projets et les réduire à des projets « classiques », c’est-à-dire ne nécessitant pas impérativement de coopération entre les différentes autorités locales. De plus, les nouveaux instruments légaux visant à une meilleure coopération ne parviennent pas à atténuer la concurrence régionale. En l’état, il semblerait plutôt que 20 ans de New Regionalism n’ont pas créé les conditions-cadres favorables à une coopération horizontale et ont même amoindri la capacité à planifier la ville à son échelle fonctionnelle.

Projets d'étudiants

Entre patios et jardins suspendus: une nouvelle vision pour l'habitat social au Maroc

R. Bennani Kabchi

2016.

Au Maroc, les demandes au niveau de l'habitat en général et de l'habitat social en particulier, restent insatisfaites. Des villes entières se sont développées sans réelle qualité et constituent des cités-dortoirs abandonnées, déconnectées du reste. Ce mode de production a ainsi généré de nombreuses retombées économiques et sociales: exclusion sociale, marginalisation, faible intégration urbaine, pauvreté, économie informelle ... La question d'une meilleure gestion de l'espace, en adéquation avec les moyens disponibles, reste donc posée. Il s'agit de produire “vrai”, c'est-à-dire produire plus et mieux, selon les capacités financières des ménages les moins solvables et en fonction des moyens de l'État. Le projet proposé se situe dans une zone d'extension urbaine nouvelle. Un premier lotissement construit n'a pas véritablement répondu aux attentes de la population. Le projet proposé cherche donc à améliorer l'existant tout en apportant une réflexion sur un nouveau schéma urbain et un nouveau modèle architectural possible. Il questionne les modes de vies, mais aussi le cadre bâti, et son potentiel d'intégration sociale. Les logements développés se veulent innovants, en réinterprétant l'habitat traditionnel rural tout en prenant en compte la nécessité d'une production rapide et à grande échelle. Ainsi l'habitat à cour est réinterprété en patios suspendus. Afin d'atteindre une rentabilité économique, le projet mise sur la rationalité distributive et la simplicité constructive en empruntant des matériaux de base faciles à mettre en œuvre, relativement peu chers et adaptés au climat.